mardi 2 février 2016

Ce qu'il faut de terre à l'homme - Martin Veyron - éditions Dargaud - 2016.

 Ce qu'il faut de terre à l'homme - Martin Veyron - éditions Dargaud - 2016.



Démarrée à la fin des années 70 dans l'Echo des savanes, la carrière de Martin Veyron fût couronnée d'un Grand prix à Angoulême en 2001. On lui doit de savoureux moments de lectures notamment à travers son personnage récurrent -et populaire- Bernard Lhermite, mais également le plus récent et très beau Blessure d'amour propre ou les savoureux scénarios d 'Edmond le cochon avec Rochette.
C'est en connaissant cet univers que l'on se lance dans la lecture de son nouvel opus Ce qu'il faut de terre à l'homme , adapté d'un conte de Léon Tolstoï. La rupture avec son vocabulaire est là: changement d'époque, de contrées, de mise en page...L'auteur délaisse l'urbanisme et les travers de notre société (encore que, nous verrons...) pour s'essayer à l'exercice de l'adaptation et du récit rural. On est éminemment surpris par ce changement de style. Mais force est de constater que les paysages sibériens s'y révèlent superbes tandis que les trognes qui les peuplent attirent toute notre attention. On est charmé et séduit par ce récit mettant en scène Pacôme et son désir d'accéder à toujours plus de terres, d'actes de propriété, qui enfin pourront le rendre heureux.
Martin Veyron parvient à mêler une légèreté de ton, une jubilation de lecture à une vision critique et désabusée de l'espèce humaine. On sent à chaque page le plaisir pris par l'auteur pour renouveler sa narration, son dispositif, sans jamais perdre de vue son propos.
Au final, Ce qu'il faut de terre à l'homme, est un livre dont le classicisme est traversé sans cesse d'une vitalité et d'un goût du jeu hautement communicatif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire