dimanche 22 novembre 2015

Paul dans le nord – Michel Rabagliati – éditions de la Pastèque – 2015.



Paul dans le nord – Michel Rabagliati – éditions de la Pastèque – 2015.

Démarrée en 1998, la série québécoise des «Paul» de Michel Rabagliati est tout simplement une des plus belles lectures qui nous aient été donné à lire. Des livres que l'on classe, sans hésitation, à côté du Combat ordinaire de Larcenet ou du Quartier lointain de Jiro Tanigushi. Démarrée avec modestie dans deux courts récits mélancoliques avec Paul à la campagne, la série n'a cessé d'enrichir son dispositif visuel et narratif. On gardera à jamais les émotions provoquées par la lecture des ouvrages majestueux que sont Paul à la pêche, Paul à Québec, Paul en appartement... Des livres, à l'apparence toujours modeste (comme le suggère le titre générique "Paul...") mais qui savent mettre en scène le moindre bruissement d'une émotion afin de la rendre universelle. Il n'est pas rare que les pages les plus bouleversantes de la série soient les pages muettes, emplies de non-dits, de contre-champs. A l'exhibition, Michel Rabagliati préfère la grâce et la retenue. Si la série nous a émus souvent, elle nous a aussi amusés, émerveillés et a permis de ré-enchanter notre quotidien en faisant le parallèle entre cette vie et la nôtre.
L'auteur est rare, et ses publications n'en prennent que plus d'importance. Quatre années séparent Paul au parc et Paul dans le Nord. Dans ce dernier opus, nous retrouvons Paul, cette fois âgé de seize ans et en proie aux affres de l'adolescence: virée avec ses amis en mobylette, discussions interminables assis sur des bancs publics, difficultés relationnelles avec ses parents, première rencontre amoureuse... et comme à son habitude, Michel Rabagliati nous enchante par sa faculté à nous raconter une histoire. A la fois autobiographie et récit de nos propres existences, il s'écarte de tout cynisme ainsi que toute mièvrerie en nous laissant vivre la beauté simple de ces instants. Par sa maîtrise des moyens offerts par la bande dessinée, il nous offre une nouvelle pièce d'orfèvre qui se savoure encore après de nombreuses lectures. Oui, pour moi, Paul est actuellement la plus belle des séries.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire