mardi 3 novembre 2015

Les intrus - Adrian Tomine - éditions Cornélius - 2015.


Les intrus - Adrian Tomine - éditions Cornélius - 2015.



Cela fait quelques années que nous n'avions pas eu en France l'occasion de lire une nouveauté d'Adrian Tomine. Si l'on excepte le charmant -mais pas essentiel- Scène d'un mariage imminent en 2011, il faut remonter en 2008 avec Loin d'être parfait pour se souvenir avoir lu une grande œuvre de l'auteur. La rareté de leurs propositions, tout comme avec le géant Daniel Clowes , donnait l'impression que ces auteurs essentiels des années 90/2000 devenaient désormais des acteurs d'une époque révolue.
Aujourd'hui, Adrian Tomine nous revient avec Les intrus. Au premier regard, il nous semble que la parenté avec l’œuvre de Clowes n'a jamais été si proche. Proximité accentuée par leur éditeur commun : Cornélius. La crainte de voir le travail de Tomine cannibalisé par celui de son aîné est là : diversité dans les styles graphiques proposés, goût pour la ligne juste "sans fioriture", répétition systématique de damiers extrêmement denses... Puis commence la lecture et toutes nos craintes s'envolent dès la première histoire qui ouvre ce recueil de six nouvelles. Avec Une brève histoire de la forme artistique nommée "hortisculpture", Adrian Tomine nous offre un récit plein d'humour, de mélancolie, de folie... mais aussi d'amour dont l'apparente rigidité formelle n'est qu'un leurre qui va s'émanciper sous nos yeux. Passant du noir et blanc aux teintes de gris avec des cases rectangulaires, à des planches couleurs avec répétitions de cases carrées, mêlant le strip à une narration plus continue, l'auteur nous enchante dès cette étonnante ouverture. S'en suivront cinq autres chapitres tout aussi réussis et dont la liberté formelle ne cesse de s'inventer à mesure que les récits se révèlent. L'ensemble de ce recueil s'affirme comme un tout, dans lequel chacun des personnages qui le composent interroge la notion d'intrus affirmée par le titre. Si ce dernier est emprunté au dernier récit, dans lequel un homme pénètre de façon régulière dans son ancien appartement lorsque les nouveaux propriétaires se sont absentés, c'est chacun des êtres qui traversent ces scènes qui semble agir face à la vie sans y avoir été invité. Les intrus est un livre bouleversant, empli de tendresse et de désespoir qui accompagnera longtemps les lecteurs qui s'y seront aventurés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire