mardi 20 octobre 2015

Les cahiers japonais - Igort- éditions Futuropolis - 2015.


Les cahiers japonais - Igort - éditions Futuropolis - 2015
 

En 2010 paraissait Les cahiers Ukrainiens dans lesquels Igort s'essayait avec brio à la bande dessinée reportage. C'est à travers les témoignages d'Ukrainiens aujourd'hui que l'auteur nous racontait l'histoire de l'Ukraine au XXème siècle. Suivirent en 2012 les Cahiers Russes où la tentative de portrait d'Anna Poliktovskaïa, récemment assassinée, était l'occasion de dresser un portrait glaçant de la Russie du début du XXIème siècle, celle de Poutine. Avec cet admirable diptyque, Igort nous offrait une leçon admirable de bande dessinée reportage, sans jamais oublier de maintenir son graphisme à la hauteur de son propos.
Avec Les cahiers Japonais s'opère un changement de registre. Contrairement à "l'effet collection" suggéré par le titre, ce n'est pas le reportage qui est ici en jeu. Igort s'y révèle comme jamais à travers ce livre qui peut se lire comme une déclaration d'amour à un pays tant aimé : le Japon. C'est cet Empire des signes (selon le titre du livre de Roland Barthes paru en 1970) que nous allons découvrir tout au long des 180 pages qui composent cet ouvrage. Arrivé en 1991 au Japon afin de travailler pour la plus célèbre maison d'édition japonaise Kodansha, l'auteur va nous offrir un voyage graphique à travers le Japon contemporain et ancestral. Sorte de miscellanées, se permettant le luxe d'intégrer des éléments plus divers afin de nous les offrir sous un jour nouveau. Le livre ne cesse de surprendre par sa beauté, et par la richesse de ses référents. Y sont évoqués avec une même passion Hokusai, Mizuku, Tsuge, Tanizaki... le tout sans didactisme et avec un plaisir du jeu évident. On se perd dans ces Cahiers Japonais avec délice et on est ému par la simplicité du bonheur de raconter qui en émane. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire