mardi 22 septembre 2015

Juste avant l'oubli - Alice Zeniter - éditions Albin Michel / Flammarion - 2015.


Juste avant l'oubli - Alice Zeniter - éditions Albin Michel / Flammarion - 2015.

Franck, jeune infirmier, est totalement épris de sa compagne Émilie. Cette dernière poursuit des études universitaires et rédige une thèse concernant le désormais disparu écrivain culte de polar Galwin Donnell. Depuis la présumée mort de ce dernier s'organise tous les trois ans au sein même de île de Mirhalay, lieu qui le vit disparaître,une journée d'étude consacrée à l'auteur. C'est à Émilie qu'incombe l'importante mission d'animer cette commémoration. Franck la rejoint en ces terres, au large de l’Écosse, avec l'intime volonté de la soutenir, mais surtout d'officialiser leur relation.
Alice Zeniter nous offre un livre plein de vivacité, fusionnant différents genres littéraires, avec une aisance et une facilité de lecture exemplaire. Si le roman se présente dans un premier temps comme l'évocation intimiste de la vie d'un couple, et de sa difficulté à exister, il emprunte très vite les voix de la littérature policière (des plus recommandables) ou du méta-roman en inventant avec assurance l’œuvre de l'écrivain Galwin Donnell et l'île de Mirhalay, dont on aimerait tant croire en l'existence et qui s'apparente à un lieux clos, scène de théâtre, dans lequel se joue d'insondables drames. Véritable catalyseur de fictions, cette terre supposément inclue dans l'archipel des Hébrides évoque dans un même mouvement de sombres récits de pirateries, des paysages écossais mythiques, et le lieu d'une courtoisie toute anglaise. On est happé par ce beau roman qui réussit non seulement à vous divertir -on y rit souvent-, à vous tenir en haleine, mais aussi à transcrire en mots à vos interrogations les plus intimes. Au final, Juste avant l'oubli est un livre poignant.

"Le monde objectif n'existe pas. Nous n'en expérimentons qu'une succession de perceptions personnelles. Et quand le moi est à ce point atteint qu'il ne peut plus percevoir, c'est le monde qui s'écroule."
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire