mardi 24 février 2015

Le pouvoir du chien – Thomas Savage - éditions Belfond – 2014 ( 1967).


Le pouvoir du chien – Thomas Savage - éditions Belfond – 2014 ( 1967).


L’action du roman se situe dans le Montana des grands espaces. Mais ici, le cow-boy, sa supposée virilité et l'Ouest qu'il évoque, apparaissent comme un mythe dont le souvenir commence à s'effacer. Nous sommes dans l'après-première guerre mondiale et la modernité, avec son confort (l'électricité, les voitures…) et les mondanités qui l'accompagnent, met à mal le désir de vie inchangée souhaitée par certains éleveurs.
On est immédiatement happé par l'écriture de Thomas Savage. En quelques pages seulement, il parvient à camper des personnages inoubliables. On peut citer les frères Burbank, mais aussi Rose, le docteur Gordon ou Peter. Chacun d'eux s'invente sous vos yeux avec une force inouïe. Dès les premiers chapitres, on est bouleversé par la densité et la complexité qui habite chacun d'eux. On se surprend à être ému aux larmes à chaque épisode de leur existence, que ce soit dans les rares espaces dédiés à l'abandon amoureux ou dans les moments les plus douloureux. Le roman est tendu, gorgé de contradictions, de crainte des possibles. Portrait d'un monde qui menace de s'effondrer, où chacun semble chercher sa place, Le pouvoir du chien est un livre immense, un de ceux qui vous accompagnera toute une vie et dont le terrible final ne fait qu'accentuer la beauté.
«-Je ne me soucierai jamais de ce que racontent les gens.
- Peter, sil te plaît ne dis pas tout à fait comme ça. La plupart des gens qui ne s'en soucient pas, oui, la plupart d'entre eux deviennent durs, insensibles. Il faut que tu sois bienveillant, il faut que tu sois bienveillant. Je crois que l'homme que tu es capable de devenir pourrait faire beaucoup de mal aux autres, parce que tu es si fort. Est-ce que tu comprends ce qu'est la bienveillance, Peter?»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire