jeudi 1 mai 2014

L'Arbre d'or. Vie et mort d'un géant canadien – John Vaillant – éditions Noir sur blanc – 2014.


L'Arbre d'or. Vie et mort d'un géant canadien – John Vaillant – éditions Noir sur blanc – 2014.



Il est des livres que l'on a envie de lire sans trop savoir pourquoi. Des ouvrages qui nous attirent sans même en avoir entendu parler. Une couverture, une phrase, un thème et on a qu'un désir: celui de se plonger irrésistiblement dans la lecture. C'est ainsi que j'ai découvert L'arbre d'or, récit mêlant documentaire sur l'abattage des arbres en Amérique du Nord, historique de l'archipel Aida Gwaii au large de la Colombie Britannique, légendes des Indiens Haïdas et réflexions sur la civilisation occidentale. A cela s'ajoute le destin de Grant Hadwin, bûcheron au physique évoquant Clint Eastwood, qui a commis en 1997 le sacrilège d'abattre le légendaire épicéa de Sitka, vieux de 300 ans, aux aiguilles étonnement lumineuses : l'Arbre d'or. Cet acte fou, il l'expliquera par courrier : «Je n'ai pris aucun plaisir à massacrer cette superbe vieille plante, mais vous avez manifestement besoin pour vous réveiller d'un message, d'une alarme (…) Mon message n'est pas de manquer de respect à la nation haïda, par mes actes, non plus qu'à l'environnement naturel de Haida Gwaii. Néanmoins, je revendique cet acte comme une expression de ma rage et de ma haine envers les élites formées à l'université et les extrémistes qui les soutiennent (…).» Ouvrage passionnant de la première à la dernière page, L'Arbre d'or n'est pas un roman mais comporte en lui un souffle romanesque inouï, fait de personnages emblématiques, de descriptions grouillant de vies et qui n'hésitent pas à nous amener à mettre en perspective les choix opérés par nos sociétés occidentales. Au final, les amoureux de littérature américaine des grands espaces, tout comme les lecteurs de réflexions englobant protection de l'environnement et droits humains devraient être conquis par ce livre attachant, passionnant et devenu une pièce essentielle de ma bibliothèque.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire