vendredi 9 mai 2014

Hilda et le chien noir – Luke Pearson – éditions Casterman – 2014.

Hilda et le chien noir – Luke Pearson – éditions Casterman – 2014.


Jusqu'alors publié en France par les précieuses éditions anglaises Nobrow, la série Hilda de Luke Pearson nous revient avec un nouvel opus, désormais chez Casterman. En attendant la réedition -proche- par ces derniers des trois aventures précédentes dont nous avions dit le plus grand bien ici, c'est avec véritable joie que nous découvrons Hilda et le chien noir. Si la série nous a habitué à un parfait équilibre entre la beauté du graphisme, l'inventivité de ses mises en page et le merveilleux de son propos, c'est avec une pointe d'appréhension que l'on se lance dans cet album, tant nombre de séries nous ont déçus en ne vivant que sur leurs acquis initiaux.
Dès l'ouverture de cette nouvelle proposition, on est rassuré tant Luke Pearson parvient à invoquer le merveilleux qui sommeil dans tous le moindre interstice de notre réalité. Une des plus belles découvertes réside cette fois-ci dans le personnage de Tontu, qui fait partie de la famille des Nisses. «Dans chaque maison, il y a beaucoup de place perdue. L'espace derrière les bibliothèques, les fentes entre les lattes du parquet, le haut des armoires qu'on ne peut pas voir, ce genre d'endroits. Dans chaque maison, toute cette place s'accumule pour former une pièce supplémentaire, dans laquelle seul un Nisse peut entrer. C'est là que nous construisons notre nid». Cet être est symptomatique de la manière dont Luke Pearson décrit le banal quotidien -un salon, une chambre d'enfant...- pour l'amener vers le fabuleux, l'étonnant. Les albums d'Hilda nous amènent à appréhender notre quotidien sous un nouveau jour, à ré-enchanter notre imaginaire.
Devant un tel bonheur de lecture, une évidence s'impose : la série est une des toutes meilleures créations bande dessinée-jeunesse de ces dernières années. Souhaitons que grâce au travail des éditions Casterman, elle acquiert très vite la notoriété qu'elle mérite.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire