mercredi 19 février 2014

Moderne Olympia- éditions Futuropolis / Musée d'Orsay – 2013.


Moderne Olympia- éditions Futuropolis / Musée d'Orsay – 2013.


Depuis 2005 et son Alexandre Dumas - causerie sur Delacroix, Catherine Meurisse nous propose des albums merveilleux, espiègles où l'hilarité se partage à une belle érudition. On a aimé sa série Elza, on s'est délecté en enchaînant la lecture de Mes hommes de lettres et son Pont des arts, on a été surpris en train de rire bruyamment face à Savoir-vivre ou mourir.
Moderne Olympia, réalisé en partenariat avec le Musée d'Orsay, est à nouveau la démonstration de la singularité du talent de Catherine Meurisse. Mêlant avec un enthousiasme frénétique les allusions à la peinture, au théâtre ou au cinéma, elle nous offre un album à l'inventivité folle. Les registres de l'humour y sont balayés les uns après les autres, de l'érudit au satyrique, parfois une réplique va déclencher un irrépressible rire («C'est un noir qui passe devant une pharmacie et qui lit sur la vitrine «oméopathie». Alors, il se dit pauv'Juliette!») souvent un trait, une attitude suscite autant l'admiration que la jubilation (voir la scène d'anthologie où les Officiels et les refusés s'affrontent sur une chorégraphie évoquant West Side Story).
Les dessins ne s'y exhibent jamais mais sont toujours porteurs d'une capacité d'observation et d'une plasticité dignes d'un Reiser ou d'un Goossens. Finir par dire que les albums de Catherine Meurisse sont non seulement parmi les plus drôles de la bande dessinée actuelle, mais sont également la preuve qu'elle est un grand auteur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire