vendredi 24 janvier 2014

Pelote dans la fumée, tome 1 L'été / L'automne– Miroslav Sekulic- Struja – éditions Actes Sud BD – 2013.


Pelote dans la fumée, tome 1 L'été / L'automne– Miroslav Sekulic- Struja – éditions Actes Sud BD – 2013.


On doit à Thomas Gabison -co-directeur de la collection Actes Sud BD depuis 2005- parmi les propositions les plus originales et motivantes de la bande dessinée. C'est en parti à lui que nous devons la découverte de Notes pour une histoire de guerre de Gipi, L'homme qui s'évada de Laurent Maffre, Rosalie Blum de Camille Jourdy, les Noceurs de Brecht Evens, Il était une fois la Sibérie de Maslov ou l'essentiel Les larmes d'Ezéchiel de Matthias Lehmann. Autant d'albums qui ont non seulement la vertu de nous ouvrir vers une bande dessinée internationale ( de la France à la Russie, en passant par l'Italie...) mais qui s'efforcent de nous proposer sans cesse des formes de bandes dessinées inédites.
Pelote dans la fumée est la nouvelle proposition de Thomas Gabison. L'album, traduit du croate, est l'oeuvre de Miroslav Sekulic-Struja et nous raconte le temps de deux saisons (Eté/Automne) la vie de jeunes enfants partageant leur temps entre l'orphelinat et les virées en ville faites de larcins et de combats contre les bandes rivales. C'est progressivement que l'on va apprendre à découvrir chacun de ces personnages faits de violence, d'écorchures et de désirs.
Pour cela, Miroslav Sekulic a recours à un graphisme oscillant entre expressionnisme et minutie dans la réalisation. Car si les personnages de par leurs visages, leurs morphologies peuvent évoquer de lointains cousins des citadins de Grosz ou Dix, l'auteur nous offre des décors magnifiques, fourmillants de détails ou chaque case semble naître sous une succession de plans réalisés avec une égale attention. On pense parfois à de l'art naïf, tant chaque paysage semble s'absoudre des canons de représentation. Les images de la ville accèdent ainsi à une étonnante frontalité.
C'est cette beauté plastique qui rend cette bande dessinée, au propos pourtant très sombre, totalement fascinante et nécessaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire