mardi 2 octobre 2012

Nombreux sont ceux qui ignorent – Manu Larcenet – éditions Les Rêveurs – 2012 / Blast tome 3: La tête la première – Manu Larcenet – éditions Dargaud – 2012.

 
 

Nombreux sont ceux qui ignorent – Manu Larcenet – éditions Les Rêveurs – 2012 / Blast tome 3: La tête la première – Manu Larcenet – éditions Dargaud – 2012.


La sortie conjointe de Blast tome 3 et de Nombreux sont ceux qui ignorent est l’occasion de rappeler tout le bien que l’on pense de Monsieur Larcenet ici.
On connaît le travail du grand homme depuis de nombreuses années maintenant. On se souvient avec émotion des pages hilarantes de Bill Baroud au sein de Fluide Glacial, série qui, à l’inverse de nombreux de ses compères de publication, parvenait à flirter avec l’émotion au détour d’une case. On n’oublie pas non plus la découverte de ce drôle de format qu’était L’artiste de la famille, le genre d’album que l’on dirait écrit pour soi tant il vous parle et vous remue. Et est-il nécessaire de reparler du Combat Ordinaire, série qui alterne ambition, humour et dépression ? Une série qui vous parle : dans nos mémoires, les yeux embrouillés de Marco croisant ceux des collègues de travail de son père restent indélébiles. Mais aussi Le retour à la terre qui, sous une apparence plus anodine, révèle un vrai talent dans le format court. On y a rarement autant ri. Et on a offert la série à sa compagne parce que tout ça c’est un peu nous.
Et puis en 2009, alors que l’on se demandait si la routine ne risquait pas de s’installer sans qu’elle soit encore là, arrive BLAST. Cette dernière série, sans tourner le dos aux albums précédents de Larcenet, fut un véritable choc, un tour de force. Dans le premier album, on découvre le personnage de Polza Mancini, accusé d’avoir fait « quelque chose de grave » à Carole. Le tout se déroule dans la salle d’interrogatoire d’un commissariat. L’important n’est pas ce qu’il a fait, mais comment il en est arrivé à le faire. « Rien n’est entier, sans nuance (…) Vous cherchez à simplifier mon histoire (…) On pense que tout est explicable (…) Mon histoire n’est pas mathématique! Elle se résume tout entière à la collision entre le hasard et mes obsessions… c’est pas des choses qu’on trouve sur internet! » Autant de phrases fortes qui résument l’ambiance de la série. Les planches sont magnifiques, noirs et blancs rehaussés au lavis, avec parfois l’intrusion de dessins  enfantins et colorées. Les écrits font penser à un lointain cousin de Jean Meckert… rien que ça! Véritable choc, la série l’est autant par son graphisme que par la force de ses textes. Tout comme Jacques Tardi, Larcenet réalise des dessins ahurissants de beauté mais n’oublie jamais qu’il fait de la bande dessinée : tout y sert sa narration.
C’est un an plus tard qu’est paru Peu de gens savent, autre pierre angulaire de l’œuvre de Larcenet. Dans cet album, il s’adonne au dessin libre, sans filet ni ligne directrice. L’imaginaire, l’émotion, l’humour et la folie s’y révèlent avec une densité rare. Chaque dessin va ensuite inspirer à l’auteur un texte révélant un goût pour l’absurde et la provocation totalement inédit, les deux s’enrichissant mutuellement.
Voilà ce que Monsieur Larcenet en disait sur son blog le 12 Février 2010 :
« Il y a deux ou trois ans, j’ai commencé à remplir des carnets, de manière automatique, comme une discipline de travail personnelle. Je travaillais sans réel but, sans pression, sans autre intérêt que d’animer des formes.
Puis j’ai arrêté comme j’avais commencé, du jour au lendemain, sentant très précisément que j’avais vu ce que je voulais voir et qu’il était temps de passer à autre choses.
Ce n’est que plus tard, en me replongeant dans ces carnets que l’envie d’illustrer certains de ces dessins avec un texte me sembla une évidence. Et j’ai pris un plaisir inédit à le faire. »
Aujourd’hui sort le nouvel opus intitulé Nombreux sont ceux qui ignorent. Et ce plaisir prit par l’auteur à la réalisation de l’ouvrage, il le communique également au lecteur. Une des grandes forces de l’album est de ne pas nous écraser sous sa prouesse technique -qui pourtant est bien là- en nous laissant percevoir ce qu’est un dessinateur toujours à l’affût de la surprise, de l’émerveillement, de l’envie… le tout avec une forme de modestie salutaire.
En prime arrive Blast tome 3 : La tête la première, ce 05 Octobre…On se dit qu’on est gâtés !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire