mercredi 22 avril 2015

Petit manuel du parfait réfugié politique – Mana Neyestani – éditions Çà et Là / Arte éditions – 2015.


Petit manuel du parfait réfugié politique – Mana Neyestani – éditions Çà et Là / Arte éditions – 2015.
Trois ans après le désormais classique Une métamorphose iranienne, Mana Neyestani nous revient avec une nouvelle bande dessinée à l'apparence volontairement plus humoristique, au graphisme plus arrondi, moins inquiétant. Pourtant, sous cette joyeuse apparence se cache un récit empli de douleur et d'incompréhension. Ce que l'auteur nous y raconte, c'est son arrivée à Paris en 2011, après avoir fui le régime iranien, et son difficile chemin pour obtenir enfin le statut de réfugié politique tant espéré. Comme il le précise lui même dans l'avant propos : «(…) mon expérience de la procédure de demande d'asile fut plus simple que dans la plupart des cas. Mon dossier était documenté et connu. J'étais entré en France à l'invitation de la ville de Paris, qui m'a pris en charge; je n'ai donc pas eu à me soucier de trouver un hébergement. Je travaillais régulièrement en tant que dessinateur de presse pour de nombreux médias iraniens sur internet, ce qui me permettait d'être indépendant et je n'ai donc pas sollicité l'aide financière publique. De ce fait, j'ai eu beaucoup moins de paperasseries à remplir que la plupart des réfugiés. Mais j'ai vécu certaines choses, comme tout demandeur d'asile (…) ce livre est essentiellement inspiré de mon histoire, ainsi que des personnes de mon entourage que j'ai interviewées pour mon Petit Manuel». L'auteur s'éloigne alors de l'autobiographie stricto sensu afin de nous conter, sans se départir de son humour, les étapes que ces hommes et femmes qui ont quitté leur pays pour «fuir des problèmes comme la guerre ou les régimes totalitaires» doivent franchir auprès de l'administration française. Les cartouches de textes emploient la deuxième personne du pluriel afin de nous indiquer chacune des démarches à suivre (par exemple: «En attendant votre entretien à l'OFPRA, vous allez devoir renouveler votre «récépissé» tous les trois mois à la préfecture»), afin d'être au plus près du Petit manuel annoncé. Tout ceci est accompagné et contrebalancé par les dessins de Mana Neyestani dans lesquels il se met en scène dans un style souvent drôle et décalé. Cependant, il n'est pas rare que pointe l'émotion mais aussi la lassitude face à cette douloureuse situation d'exilé, avec cette bouleversante question qui semble nourrir le récit : «Où suis-je à ma place?».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire