lundi 20 avril 2015

Une métamorphose iranienne – Mana Neyestani – éditions Çà et Là / Arte éditions - 2012.


Une métamorphose iranienne – Mana Neyestani – éditions Çà et Là / Arte éditions - 2012.


En 2006, Mana Neyestani publie au sein d'un hebdomadaire iranien un dessin humoristique destiné à un public enfantin. Il y représente un enfant discutant avec un cafard. Ce dernier emploie l'expression «Namana», qui, selon l'auteur, est une formule du langage courant : «On dit ça tout le temps quand on ne trouve pas les mots.» Sauf que ce terme est d'origine azéri, peuple d'origine turque vivant en Iran. Certains azéris, déjà victimes de nombreuses mises à l'écart de la part du régime, se sentent offensés une fois de trop et décident de se révolter. Mana Neyestani est alors désigné comme l'unique coupable de cette atteinte à l'ordre public malgré qu'il n'ait «transgressé aucune loi dans cette affaire». Il est alors mené à la prison d'Evin, au Nord de Téhéran, dans le bâtiment 209, centre de détention du Ministère de l'Intérieur. Démarre alors une longue suite d'interrogatoires psychologiquement éprouvants et de détention arbitraire.
C'est avec Une métamorphose iranienne que nous avons découvert Mana Neyestani en France. Ouvrage bien évidemment indispensable par sa description saisissante d'une sinistre réalité, par sa valeur de reportage, mais qui a l'intelligence de s'écarter de cette simple narration des faits pour accéder à une dimension plus universelle. La référence à Kafka contenue dans le titre mais également dans la figure du cafard infuse l'ensemble de l'ouvrage. Au-delà de ses vertus autobiographique et informative, c'est un immense livre sur l'absurdité, l'angoisse et le manque. Dans L'homme de Kiev, roman publié en 1966, Bernard Malamud mettait ces mots dans la bouche de son personnage principal Yakov Bok: «Une chose que j'aurai apprise, songea-t-il, c'est que personne ne peut se permettre d'être apolitique (…). Puis il pensa: là où l'on ne se bat pas pour la liberté, elle n'existe pas.». On sort d' Une métamorphose iranienne abasourdi et bouleversé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire