mardi 3 mars 2015

L'encyclopédie des débuts de la terre – Isabel Greenberg – éditions Casterman – 2015 (traduit par Stéphane Michaka).


L'encyclopédie des débuts de la terre – Isabel Greenberg – éditions Casterman – 2015 (traduit par Stéphane Michaka).


Au cœur du pays du Nord, trois sœurs découvrent un bébé et s'en disputent le droit à l'élever. Elles décident alors d'aller voir «l'homme médecine» qui, s'il affirme qu'un bébé ne se partage pas, accepte de relever le défi et d'un bébé en fait trois. Un jour, à l'âge de treize ans, ils seront à nouveau réunis en un seul et même garçon. Mais «il n'est pas si simple de recoudre quelqu'un», et l'enfant à nouveau unique souffre de cette cohabitation. Cependant, «une triple collection de souvenirs n'est pas sans avantages. C'était un conteur très doué. Si doué qu'il devint le Conteur de son clan.»
L'encyclopédie des débuts de la terre est un livre merveilleux qui semble s'inventer au fur et à mesure de notre lecture. Tels les contes des Mille et une nuits, les histoires se succèdent, se nourrissent les unes des autres, et échappent à toute linéarité. Le récit pluriel proposé par Isabel Greenberg semble infuser de nombreux mythes tout en parvenant à accéder à son autonomie. Comme le dit le conteur : «Au commencement il n'y avait rien...». Tout devient alors possible et inédit. C'est cette joie de l'invention, ce catalyseur d'imaginaire, que nous offre l'auteur. Cette même allégresse nous traverse à la vision du graphisme, des mises en pages, qui n'ont de cesse également de s'inventer sous notre regard. Rappelant parfois l'aspect synthétique de la xylogravure, le trait est accompagné de rares notes colorées, mais qui toujours font sens et jouent leur rôle d'indice dans le décryptage de l'image. Tout semble nous y être révélé sous un jour nouveau.
Oui, décidément, L'encyclopédie des débuts de la terre est un livre merveilleux, auquel les éditions Casterman ont offert l'écrin qu'il mérite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire