jeudi 2 octobre 2014

Les idées noires - Franquin - éditions Fluide Glacial - 1977/1983.


Les idées noires - Franquin - éditions Fluide Glacial - 1977/1983.



Démarrées dans le Trombone illustré en 1977, puis poursuivies dans Fluide Glacial jusqu'en 1983, Les Idées noires sont un monument de la bande dessinée.

Dans Les Idées noires, Franquin s'attaque avec jubilation à la pollution, à la chasse ou aux militaires... mais n'était-ce déjà pas le cas dans les moments sublimes et inattendus de ses autres albums? On peut citer pour mémoire le professeur Sprtschk mangé par un dinosaure dans Le voyageur du Mésozoïque paru pourtant en 1960.

Pour autant, Les Idées noires sont gorgées d'un profond désespoir que Franquin parvient à rendre jubilatoire. Le graphisme y est stupéfiant de beauté mais aussi porteur d'une force quasi obsessionnelle. Franquin gratte le papier, le noircit jusqu'à saturation. Tout y est vibrant, organique et fragilisé à l'extrême. Il faut avoir eu la chance de voir des planches de Franquin en vrai pour en apprécier la sidérante maîtrise. Bien sûr, on peut préférer le graphisme stylisé, dynamique et épuré de sa première période (un sommet étant Spirou tome 8, La mauvaise tête) mais on ne peut que reconnaître la beauté inhérente à ce travail-là également.

Les gags répondent à une mécanique parfaitement orchestrée où rien n'est de trop. Tout semble facile, fluide mais surtout faisant preuve de l'immense métier du grand artiste.

Dernier coup de génie d'André Franquin, Les Idées noires ne surpassent pas les autres albums de l'auteur, autres chefs-d'œuvre absolus de la bande dessinée tels que certains Gaston (notamment Le cas Lagaffe) ou Spirou (Z comme Zorglub, Panade à Champignac, La corne du Rhinocéros et tant d'autres) mais elles nous en proposaient un versant inédit (quoique soupçonné) de l'auteur.

Dire pour finir que la plupart des "gags" présents dans cet album ont marqué le lecteur à jamais et qu'il n'est pas rare d'évoquer avec un autre lecteur une planète labyrinthe, une cartouche de marque pandan-lagl ou un caillou dans la sandale du Christ et de s'émerveiller encore de la force qu'ont pu avoir ces histoires sur notre imaginaire.

1 commentaire: