mardi 18 février 2014

Le piège de Vernon – Roger Smith – éditions Calmann-Lévy – 2013.


Le piège de Vernon – Roger Smith – éditions Calmann-Lévy – 2013.



Le suspense est présent dès l'ouverture du roman où Vernon Saul, ex-flic devenu agent de sécurité de villas luxueuses, laisse sciemment mourir une fille de quatre ans par noyade. Cette mort ne peut être qualifier de meurtre. Vernon s'est contenté de d'analyser et d'anticiper le déroulement des faits: un père fumant un joint, une mère recevant les faveurs de son amant et une jeune fille jouant trop près de l'eau. Chacun étant coupable par omission.
L'une des principales réussites de ce roman noir réside dans notre tentative incessante de comprendre les intentions de Vernon Saul. Ce dernier se révèle un personnage charismatique et terriblement inquiétant qui erre dans la ville du Cap, et le ghetto des Flats, comme si il s'agissait de son terrain de jeu. Lui seul semble fixer les règles de ses actes et semble se repaître d'une micro société basée sur des inégalités et un déterminisme assommant.

«Elle jette un coup d'oeil furtif à Vernon. Il a repoussé son assiette sans terminer son plat et reste assis, les coudes sur la table, ses larges épaules affaissés, les cheveux devant les yeux, et elle ressent soudain une immense pitié pur cette chose blessée, son fils.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire