mardi 3 septembre 2013

Une si lente obscurité - Alain Julien Rudefoucauld - éditions Tristram – 2013.


Une si lente obscurité - Alain Julien Rudefoucauld - éditions Tristram – 2013.


  Alain Julien Rudefoucauld nous offre avec son nouveau roman, Une si lente obscurité, un livre peu aimable mais une véritable - et bouleversante - expérience de lecture. Peu aimable, parce que l'auteur, enfin son personnage, Monsieur Martin, nous inonde d'un flot incessant de texte d'une langue qui nous heurte, nous oblige à ralentir, nous fait penser à un parler et à une écriture disparus. Le décor est peu aimable lui aussi : Limoges et ses environs décrits avec tristesse et lassitude. Si Alain Julien Rudefoucauld sait nous parler de la France d'aujourd'hui, ici son propos est tout autre. Il semble se fondre, ne faire qu'un avec son personnage et il en accepte les excès, les absences, la roublardise et les aspérités. Le texte peut sembler d'une autre époque - en particulier à cause du phrasé daté du personnage : argot, patois...- mais a pour vocation de mieux nous faire ressentir l'inclinaison à la chute et la marginalité du personnage. Préciser encore que le final du roman, cette accélération vers l'obscurité, est remarquable et nous donne à repenser l'ensemble du texte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire