mardi 12 mars 2013

Emergency 911 – Ryan David Jahn – éditions Actes Sud – 2013.


Emergency 911 – Ryan David Jahn – éditions Actes Sud – 2013.



On a découvert Ryan David Jahn avec De bons voisins, un des polars les plus captivants et les plus formellement intéressants de l'année 2012. L'auteur examinait alors un fait réel : l’agression mortelle de Kitty Genovese en 1964 sous le regard de ses voisins. Il en résultait un roman choral et fortement troublant quant à la passivité de chacun.
Aujourd'hui, l'auteur nous revient avec Emergency 911, à l'intrigue fictive et surtout plus convenue. Tout est dit dès la phrase d'ouverture : « Il reste à Ian Hunt moins d'une heure de boulot à tirer lorsqu'il reçoit l'appel de sa fille morte ». Ian Hunt est adjoint du shérif et s'occupe de recevoir les appels d'urgence, le 911. Mais il est aussi un homme détruit : sept années auparavant, sa fille a été enlevée dans son propre domicile. Depuis peu, face à l'absence d'indice, elle a été déclarée morte. Sauf qu'à l'ouverture du roman, il reçoit sur cette ligne l'appel d'une jeune fille se nommant Maggie Hunt et lui sommant de lui venir en aide. Commence alors une véritable course-poursuite entre le shérif adjoint et le ravisseur de sa fille.
Le précédent roman de Ryan David Jahn dressait de véritables portraits psychologiques des nombreux personnages qui le composait. Cette fois-ci, l'auteur ne s'intéresse surtout qu'à Ian Hunt, sa fille et le couple de ravisseurs, ces rôles étant définis assez vite et ne laissant que peu de doute quant à la fonction de chacun. Pas d'intrigue, mais du suspense. Tout ici est dévoué à l'action, à cette traque infernale.
Ce qui fait la spécificité de l'auteur, et qui faisait déjà la force de son précédent opus, c'est son travail de construction du récit. Le roman se découpe en de nombreux chapitres, présentant en alternance les points de vue de chacun des personnages. Ce procédé a pour effet de ralentir l'action, de tourner autour, de la triturer. Ce qui ailleurs serait traité en un chapitre, est ici dilué dans le temps. Charge au lecteur de reconstituer tous ces éléments du récit. C'est cet art de la construction qui rend ce roman captivant et témoigne de l'originalité et de la valeur du travail de Ryan David Jahn.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire